XVIIème dimanche du Temps ordinaire

Publié le par VexillumRegis

Dominica XVII per annum
17ème dimanche du Temps ordinaire (A)



La collecte

Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris.

[Traduction Dom HALA] Protecteur de ceux qui espèrent en toi, ô Dieu, sans qui rien n’est solide, rien n’est saint, répands sur nous avec abondance ta miséricorde, afin que sous ta conduite et ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.


Collecte du 3ème dimanche après la Pentecôte dans le MR62.

« La fin du texte original a été modifiée à partir de ‘sic...’. Le nouveau texte a été pris dans la préface 495 du sacramentaire de Vérone. On rencontre l’expression ‘inhaerere mansuris’ dans ce même sacramentaire (prière 173). » - Dom HALA, p. 88.
 



La Super Oblata

Súscipe, quǽsumus, Dómine, múnera, quæ tibi de tua largitáte deférimus, ut hæc sacrosáncta mystéria, grátiæ tuæ operánte virtúte, et præséntis vitæ nos conversatióne sanctíficent, et ad gáudia sempitérna perdúcant.

[Traduction Dom LEFEBVRE] Agréez, Seigneur, ces présents que nous tenons nous-mêmes de votre largesse, afin que, sous l’action de votre grâce, ces mystères sacrés nous fassent mener ici-bas une vie sainte et nous conduisent aux joies de l’éternité.


Secrète du 8ème dimanche après la Pentecôte dans le MR62.



La postcommunion

Súmpsimus, Dómine, divínum sacraméntum, passiónis Fílii tui memoriále perpétuum ; tríbue, quǽsumus, ut ad nostram salútem hoc munus profíciat, quod ineffábili nobis caritáte ipse donávit.

Nous venons de recevoir, Seigneur, le divin sacrement, mémorial éternel de la Passion de votre Fils ; accordez-nous, nous vous en prions, que ce présent qu’Il nous a Lui-même donné dans son ineffable amour, puisse être profitable à notre salut.


La première partie de l’oraison reprend en le modifiant légèrement le début de la postcommunion en la fête de saint Paul de la Croix (MR62 ; 28 avril) :

Sumpsimus, Domine, divinum sacramentum, immensae caritatis tuae memoriale perpetuum (...)

L’origine de la seconde partie n’a pu être déterminée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article